Recherche

 
 
Timber Timbre - Timber Timbre
 
The Drums - Summertime
 
Efterklang - With The Danish National Orchestra Performing Parades
 
Tiefschwarz - Chocolate
 
Sonic youth - Simon Werner a Disparu
 

Stomp : Rhythms of the world

 
 
BREVES
 

31/03 - Hundreds présente son clip Solace.

Après une tournée allemande et à travers l’Europe, le duo HUNDREDS nous offre la possibilité de prolonger la magie des concerts, grâce à la sortie de leur premier album éponyme. Le duo Eva et Philip Milner nous rappellent LALI PUNA avec sa construction clavier – ordinateur. La voix berce, embrasse, attise et émeut tour à tour à la manière d’Anneke Van Giersbergen ou encore d’une Beth Orton nourrie au synthé. Ils seront en tournée en France à la Péniche de Lille le 24 mai et au nouveau Casino en première partie de Fallulah à Paris le 25 mai. C’est que Berlin et le label Sinnbus auraient la cote en ce moment ! Le clip ici.

 

29/03 - Enfin une sortie physique pour La Féline !

Après la sortie d'un premier EP remarqué en 2009 et de son maxi de remixes "Cent mètres de haut", après une soixantaine de concerts (première partie d’Alister à la Cigale, d’Elvis Perkins à La Maroquinerie, à l’affiche avec Laetitia Sadier à Londres...), le trio parisien sort aujourd’hui avec BS Records le mini-album Wolf & Wheel aujourd'hui agrémenté de deux bonus tracks dont le déjà très apprécié Mystery Train. Ce titre - figurant sur la compile Fnac Indétendances n° 46 - a valu au trio de remporter la première édition du prix Discograph “En français dans le texte” et d’aller tourner son clip à Berlin. Initialement sorti en digital en novembre dernier, ce mini-album agrémenté de bonus sort (enfin!) en version physique le 25 avril via BS Records, disponible en version CD deluxe et vinyle collector. 

 

29/03 - Solidays, les dix premiers noms dévoilés !

Aux cotés de Peter Doherty pour son premier grand plein air à Paris, les chanteuses de charme seront au rendez-vous avec Yael Naim, sacrée interprète féminine de l’année, Morcheeba qui fêtera le retour de Skye Edwards et Moriarty qui, après six Trianons à guichets fermés, viendra partager un univers porté par la douce voix de Rosemary. Pour ceux qui n’ont pas eu encore la chance de découvrir Aloe Blacc, la nouvelle révélation soul internationale, Solidays propose une séance de rattrapage. Côté gros son, Shaka Ponk et Vitalic V Mirror viendront à nouveau enflammer Longchamp à coups d’électrochocs sonores et visuels. Après Manu Chao et Matthieu Chedid, c’est Moby qui aura l’honneur de clôturer cette 13e édition. Les Ogres de Barback et les mythiques Israël Vibration complètent cette première liste de noms. Prochaines révélations sur le site officiel du festival le 7 avril prochain et, d'ici là, surprises et exclus à découvrir sur la page Facebook du festival. Plus di'nformations ici.

 

29/03 - S.C.U.M. : Nouvelle signature MUTE !

Originaire de Londres, le groupe S.C.U.M. a commencé à faire parler de lui en 2009 grâce au single "Visions Arise" et à une réputation grandissante en live, où leurs prestations ont rapidement séduit fans et critiques. Depuis le groupe a tourné intensivement à travers l'Angleterre et l'Europe et sorti une série de trois titres nommée SIGNAL ("Paris", "Berlin" et "Warsaw") en digital pour faire patienter les fans de la première heure. "Summon The Sound", premier titre inédit du groupe depuis la parution du triptyque SIGNAL, sera présent sur "Forwards", disque édité par Mute à l'occasion du Record Day Vinyl. Limité à 1000 exemplaires, "Forwards" paraitra le 16 avril et contiendra des inédits de Can, Liars et Grinderman. Pour S.C.U.M., il s'agira du premier pas avant la sortie fin aout 2011 de leur très attendu premier album. S.C.U.M. est composé de: Thomas Cohen (chant), Bradley Baker (aux machines), Samuel Kilcoyne (Moog), Melissa Rigby (batterie) et Huw Webb (basse). Après son passage en première partie des Kills le 6 avril à Paris, le groupe jouera aussi aux cotés des Crocodiles à Londres au Camden Crawl les 30 avril et 1er mai, puis sera présent à l'ATP Festival (All Tomorrow's Parties) le 24 juillet. Plus d'informations ici.

 

18/03 - Soirée CUSTOM le 22 mars !

Les soirées Custom repartent de plus belles. La prochaine aura lieu au Nouveau casino le 22 mars, elle verra se succèder : CAT'S EYES Projet parallèle du leader de The Horrors et de la soprano canadienne Rachel Zefira, Cat’s Eyes ne tient pas du manga japonais que son nom : aussi sexy, agile et aérien que les trois voleuses de la série, le duo se joue des clairs-obscurs et ressuscite le mythe du girls band fifties avec une grâce époustouflante. C.T.R.L Electro minimale, électricité teigneuse et harpie tapageuse : les leçons perverses des Kills ne sont pas tombées dans l’oreille de sourds avec ces Parisiens hauts en couleurs sombres dont la sublime chanteuse à de quoi faire perdre son self-control au plus glacial des public. ARID Déjà quatre albums en poche et des centaines d’heure passées sur les routes pour ce combo belge originaire de Gand dont la pop astrale atteint des sommets grâce à la voix de Jasper Steverlinck, hybride de Jeff Buckley et de Freddie Mercury. 

 

17/03 - Quand les sirènes chantent…

La Sirène, nouvel espace des musiques actuelles de l'Agglo de La Rochelle a dévoilé hier, 9 février à tous les médias le plateau de sa soirée inaugurale du vendredi 1er avril 2011. En même temps a été livré le détail des 19 dates du 7 avril au 26 juin dont une première en partenariat avec les Francofolies pour le concert de "Nouvelle Vague". Jazz, hip-hop, reggea, electro, punk, rock, dub, blues, soul, l'effeuillage musical du Cabaret burlesque, "Rock the casbah" pour l'ouverture des studios, les rencontres lycéennes "Hissé Ô"... Que du bonheur pour les amateurs qui disposent enfin d'un espace à la hauteur de leurs attentes pour explorer la diversité des genres de la scène musicale internationale, actuelle, parfois locale et souvent alternative. Parions que l'équipe saura préserver l'esprit militant qui a marqué la création d'XLR et de sa programmation "hors les murs" en attendant La Sirène sans prendre la grosse tête en passant au statut plus formel de délégataire de service public de ce superbe outil ! En attendant le 1er avril, zoom sur la programmation de La Pallice à la scène "Not The Francos" des Francofolies re-localisée cet été au Casino Barrière. En 2011 se dessine la carte d'un nouveau paysage musical avec un équilibre entre la scène française quelle que soit sa langue d'expression aux Francofolies, les anglo-saxons à La Sirène, les musiques du monde à Périgny avec MondOmélodie et une "annexe" plus intimiste à La Poudrière de Rochefort. 

 

17/03 - Programmation scène Pression Live du 21 au 25 avril.

Du 21 au 25 avril, le printemps de Bourges proposera un espace plein air ouvert à tous mêlant découvertes et excitants groupes de pointe. On y croisera gratuitement les Twin Twin, The Popopopos ou encore Fill's monkey, Poney Express, Rocken Is Dodelijk… Plus d'informations ici.

 

17/03 - Antonionian pour un album coup de cœur.

Après Pigeon John, voici Antonionian la nouvelle découverte de la collection Elektriks. Sous ce nom énigmatique et faisant référence au génial réalisateur Antonioni, se cache Jordan Dalrymple, auteur compositeur, multi-instrumentiste, batteur et maitre de la MPC ravageuse au côté de General Elektriks sur scène. Remarqué sur les albums de Subtle, cLOUDDEAD, et 13&God, Antonionian reste l’un des secrets les mieux gardés du hip hop intelligent et futuriste. A découvrir sans plus tarder avec ce premier extrait qui montre toute l’inventivité et le mystère d’Antonionian Plus d'informations ici.

 

15/03 - Wagon Christ sort un nouvel LP chez Ninja Tune.

Le seul et unique Luke Vibert revient sur le devant de la scène sous son plus célèbre et fantastique pseudo, Wagon Christ (pour clarifier les choses, il n'est pas sous un wagon, ni dedans, il n'est pas non plus littéralement le Christ, bien que nous ne puissions omettre son statut messianique). Roi de l'exotica bancale, des samples de dialogues ridicules, des calembours gouteux, des rythmes efficaces et des grooves psychédéliques, Vibert ne s'est jamais vraiment pris au sérieux, mais sa musique continue à charmer. “Toomorrow” ne dément pas. Construit autours d'une vertigineuse panoplie de samples de voix, tour à tour drôles, niais, pointus et occasionnellement menaçants, l'album part dans 101 directions tout en restant du pur Wagon Christ. “Ain’t He Heavy, He’s My Brother” ressemble à un instrumental issu d'un album perdu de A Tribe Called Quest sous ecstasy. “Manalyze This!” combine les battements de la bass avec l'une des lignes de synthé les plus marquantes depuis belle lurette.

“Accordian McShane” appelle timbales et trucs d'orchestre fou. “My Lonely Scene” est fait pour un club disco pour montres et “Respectrum” pour un show de la police academy. “Rennie Codgers” émule le beat de Blackpool à son apogée alors que “Wake Up” est le souvenir d'un rêve érotique avec des abeilles bien agressives. “Lazer Dick” commence avec du pur phazer-phunk, “Sentimental Hardcore” délivre Disney avec des flingues. “Harmoney” est une pub non ironique pour le mulet (la coupe de cheveu, pas l'animal hein !) tandis que “Mr Mukatsu” clôt l'album avec une beauté bancale mais limpide. Plus d'informations ici.

 

13/03 - Nestorisbianca et "Embrace" : un nouveau titre offert.

La pratique musicale fonctionne souvent en parcours fléché pour les 4-6 ans : un groupe d’amis répètent dans un garage, se font les dents dans les bars, signent sur un label vorace, se battent en backstage, this is the end my friend. Parfois, derrière ce brouillon de notes, surnagent des hommes et des femmes qui ont la sagesse d’attendre que le processus de la vie nourrisse leur musique. Les NestorIsBianca, eux, ont grandi patiemment. Des choix audacieux (en termes de durée d’enregistrement, de multiplicité d’esthétiques défendues, de collaboration avec Olivier Mellano, de sortie d’un album de remixes après un seul opus…), des erreurs de débutants, des concerts fracassants avec leur mélange atypique d’electronica, de post-rock et de pop, des grands festivals, des shows sur des scènes naturelles à côté des vaches, la participation à la création du label Montauk et toujours la même obsession : avoir foi dans les rencontres, hisser l’amitié en haut du processus créatif.

Lionel Laquerrière, leader du projet, opère une création sous la forme d’un ciné-concert sur Vampyr via son projet solo electro Iologic. Ses sons ambiants préfigurent les nouvelles compositions. Pour autant il se remémore les erreurs du passé : le troisième album sera façonné par une cohésion. Pour cela il trouve son homme providentiel en la personne de Thomas Poli, guitariste bricoleur des Montgomery, ingénieur du son sur l’album live de Dominique A. Il dépasse son rôle de régleur de fréquences au studio Cocoon de Rennes durant deux semaines pour véritablement faire corps avec le projet.

Cette fresque assourdissante par son chuchotement de maux s‘établira en deux temps. Une version vinyle qui est sortie sur Montauk en décembre 2010, en attendant la version CD dont la mise en bacs est prévue au 28 Mars 2010 chez Ici D'ailleurs.

Cet album de 10 titres s’ouvre sur le passé pour remonter progressivement vers le présent, puis vers la fatalité. On ne comprend rien à la vie, on ne peut la deviner, alors à quoi bon essayer de la combattre. Il faut l’embrasser et ne jamais oublier que nos moments de bonheur sont précieux. "Genetics" nous livre en sample d’ouverture la clef de la dualité de ce disque : «no man is fit to inflict punishment until he has banished hate from his heart».

De trio, ils deviennent quintette avec l'arrivée de Pierre Lambla, saxophoniste brillant par sa folie généreuse et de Thomas Poli pour la tournée 2011 (Stéphane Bouvier quant à lui remplace Marie-Céline Leguy pour cause de congé maternité réglementaire). Loin d’un ajout de fin de parcours, ces choix sont guidés par la clarté de leur volonté : ne pas trahir leur fierté. Fierté d’avoir livré un grand disque, robuste et généreux qui ne pouvait se contenter d’un rendu scénique nourri à l’à-peu-près. Se penchant clairement vers l’organique, les Nestor souhaitent se débarrasser du trop plein de machines, pour offrir de la chaleur. Il n’est pas aisé de rencontrer au cours d’une vie des personnes aussi authentiques que les membres de ce groupe, mais au moins vous pourrez en avoir une marque dans votre discothèque et vous en rendre compte sur scène sur toute la tournée française de Yann Tiersen en avril 2011. Télécharger Embrace ici.

 

13/03 - Alex Beaupain a le cœur qui bat fort.

Depuis que « Les Chansons d’amour », de Christophe Honoré, est devenu le film d’une génération, Alex Beaupain occupe une place à part dans la chanson française. C’est son premier album, «Garçon d’honneur» (2005), qui avait inspiré le scénario du film, et dont les titres se succèdent à l’écran. Leur romantisme à la fois aérien et cru a comblé un manque. La chanson d’amour, genre menacé soit par l’anecdote soit par le sentimentalisme, a retrouvé, avec lui, une intensité, un lyrisme et une vitalité qui semblaient perdus. De même, c’est devant les fans du film, affluant à ses concerts, émus et reconnaissants, qu’il a trouvé quel interprète, quel chanteur il serait. «33 Tours», son deuxième album (2008), est sorti dans le sillage de cette révélation, comme une suite, et s’est mélangé naturellement sur scène aux morceaux des « Chansons d’amour ». Aujourd’hui, Alex Beaupain s’émancipe, mais dans la fidélité. D’un côté, il a écrit et composé les chansons des « Bien-aimés », le prochain Honoré, avec, entre autres, Catherine Deneuve, Chiara Mastroianni, Ludivine Sagnier et Louis Garrel. De l’autre, voici «Pourquoi battait mon cœur», un troisième album qui n’appartient qu’à lui. Seul le titre «Avant la haine» rappelle le cinéma : à l’origine destiné à l’album «Garçon d’honneur», on pouvait l’entendre, interprété par Romain Duris et Joana Preiss, à la fin de « Dans Paris » (2006). Objet d’un culte secret depuis lors, ce duo est cette fois chanté non avec une actrice, mais avec Camélia Jordana : «Comme elle a une voix puissante et que je chante de façon plutôt douce, les rôles sont inversés, c'est un peu moi qui fait la fille", s’amuse Alex Beaupain.

Une légèreté nouvelle éclaire l’album. Depuis ses débuts, l’élégance d’écriture d’Alex Beaupain tournait autour d’une brisure originelle, d’un deuil – cette histoire vraie se laisse largement deviner à travers « Les Chansons d’amour ». «Pourquoi battait mon cœur» inaugure une période différente, affranchie des fantômes. Si tristesse il y a, elle est celle des élans qui retombent («Un culte insensé»), des ruptures consommées («A nos amours»), des séparations annoncées («Ciel de traîne»). Mais d’abord, il y a l’ivresse de la fusion, l’idéal que seul l’être aimé, l’autre, peut incarner - «De tout sauf de toi», «Je réponds toi».

Le partage se précise entre les sentiments et le sexe, qui est la source d’inspiration des titres les plus pop, les plus rythmiques – «Sur toute la ligne», «La Nuit promet», d’un hédonisme débridé. Un nouveau réalisateur, Jean-Philippe Verdin, venu de l’électro, entraîne Alex Beaupain sur cette pente festive, mais toujours un peu fêlée, et qui appelle la scène. Ces chansons-là esquissent son manifeste libertaire à lui, son geste politique, en quelque sorte.

Pour le reste, l’album dit plutôt son refus poli de la chanson engagée. Refus paradoxal, car le monde et l’époque sont bien là : «Je réponds toi» exprime un dégoût pour les normes et les valeurs dominantes. «Au départ» raconte la trajectoire de la gauche au pouvoir de 1981 à 2002, mais c’est aussi l’histoire d’un amour qui s’use, d’une illusion perdue. "C'est une chanson d'amour de gauche qui dit qu'en amour comme en politique, tout commence par un immense espoir pour finir par une cohabitation".

La chanson qui donne son titre à l’album, «Pourquoi battait mon cœur», est celle qui le résume le mieux. Energique et mélancolique, elle parle du tourbillon de la vie et de la confusion des sentiments. Elle donne congé aux souvenirs («La mémoire, vois-tu, je n’y tiens plus ») mais garde le tempo de l’amour en fuite. C’est une chanson sur les temps qui changent, une chanson de vertige : «Allons regarde toi, ce doit être une erreur, ce n’est sûrement pas ça, pourquoi battait mon cœur.» Plus d'informations ici.

 

13/03 - Festival Sonar 2011 : la programmation !

Le Festival International de la Musique Electro de l’Art Multimedia, le Sonar, est devenu une des nouvelles attractions des touristes et se tient tous les mois de juin depuis 1994. Avec un line-up toujours aussi impressionnant et avec son lot d’activités, le Sonar est l’un des festivals de musique électronique les plus importants sur la scène européenne. Avec plus de 75000 personnes attendus cette année, le programme proposera des talents emergents ou confirmés de la culture éléctronique. Un voyage de trois jours entre les derniers sons à la mode et de stupéfiantes performances audiovisuelles Cette édition du Sonar 2011 se déroulera du 16 au 18 juin à Barcelone, capitale de la Catalogne. Le Sonar se divise entre les activités du Sonar de jour (dans les espaces bohèmes du CCCB et duMACBA, au coeur de la ville) et leSonar de nuit, ou divertissement et musique sont au rendez vous : Orbital, Chemical Brothers, Grace Jones, Bjork etc ... ont enflammé le festival les années précédentes.

Au programme cette année notamment : Underworld, Magnetic Man, Salem, A-Trak, Atmosphere, Hype Williams, Little Dragon, Tyondai Braxton, Mary Anne Hobbs, Steve Aoki, Nicolas Jaar, MIA, Cut Copy, Apparat, James Holden… Plus d'informations ici.

 

10/03 - The Pretty Reckless à Lille !

So Music présente une belle soirée à Lille le 23 Mars prochain au Splendid . Au menu de cette soirée privée : les guitares éclectiques de The Pretty Reckless. Plus d'informations pour assister à cette soirée ici.

 

10/03 - Le Prince Miiaou redonne des nouvelles.

La très talentueux Prince Miiaou nous présente son tout nouveau single couplé pour l'occasion à un clip très original et homemade. "J'ai deux yeux" à déguster donc avec appétit ! Le très sympa nouveau clip ici.

 

09/03 - Andreya Triana trace son sillon.

Après avoir travaillé avec Flying Lotus, Theo Parrish, Mr Scruff et Bonobo, Andreya Triana a tracé son voyage musical, un voyage dont l’album “Lost Where I Belong”
est la chronique et sur lequel on retrouve des morceaux phares comme “A Town Called Obsolete”
ou “Far Closer” que les auditeurs de FIP ou Radio Nova connaissent bien. Cet album révèle les capacités et les talents d’Andreya : beauté et émotion enveloppées dans une soul à fleur de peau. Le clip c'est ici.

 

[ 1 ] - [ 2 ]

 

Archives des Brèves

2014

Jan

Fev

Mar

Avr

Mai

Mai

Oct

Nov

Dec

2013

Jan

Fev

Mar

Avr

Mai

Oct

Nov

Dec

2012

Jan

Fev

Mar

Avr

Mai

Oct

Nov

Dec