Recherche

 
 
Phoenix - Wolfgang Amadeus Phoenix
 
Tiefschwarz - Chocolate
 
Fortune - Staring At the Ice Melt
 
Jori Hulkkonen - Man From Earth
 
Efterklang - With The Danish National Orchestra Performing Parades
 

REM - Road Movie

 
 
BREVES
 

20/12 - Toguna et "In Colors" enfin dans les bacs.

TOGUNA revient avec un second album « In Colors », affirmant un style à la fois universel et très personnel. Une guitare-slide à la Ben harper, un trio vocal affûté, une basse-batterie au groove irrésistible… Ce groupe originaire de la Réunion est, à l’image de sa musique, le fruit d’un subtil métissage. Revendiquant l’ouverture, le folk soul reggae de TOGUNA a séduit, dès son premier album « Sans Frontières », un public large à travers le monde sans différence d’âge, d’ethnies ou de religions. Plus d'informations ici.

 

20/12 - NZCA/LINES : quoi ?

NZCA/LINES, le projet solo de Michael Lovett (ex-your Twenties dans l'entourage de Metronomy) fait deja parler de lui! Synth pop moderne, sensuelle, melancolique et accorcheuse dans le sillage de Just Jack et Junior Boys. Le 20 fevrier prochain sortira son premier album intitule "Compass Points". 

 

15/12 - Un nouvel opus pour le grand Lee Fields.

Après le remarquable My World sorti en 2009, LEE FIELDS est de retour avec Faithful Man un nouvel album à paraître le 13 Mars sur le label de Brooklyn Truth & Soul.

En 43 ans de carrière et après quelques singles flamboyants passés sous silence et des tournées à travers le monde, ce vétéran de la soul à la voix rauque et tendre voit aujourd’hui sa dévotion récompensée. On retrouve aux manettes les producteurs et fondateurs de Truth & Soul, Jeff Silverman et Leon Michel, connus pour avoir co-écrit, produit et joué sur « I Need A Dollar » d’ALOE BLACC et également participé aux albums de EL MICHELS AFFAIR, LIAM BAILEY, GHOSTFACE KILLAH et JAY-Z (pour n’en nommer que quelques-uns) se forgeant ainsi au fil des années une telle réputation qu’on compare leur travail à celui des prestigieux studios Motown.

Avec Faithful Man ils ont façonné un album sublime dans la pure tradition du genre qui voit LEE FIELDS nous chanter ses amours, ses déceptions et son blues comme jamais auparavant. Né et ayant grandi à Wilson, petit village de Caroline du Nord, LEE FIELDS a passé son adolescence à chanter dans les églises et à écouter les classiques de Memphis des années 60. Très jeune il part en tournée aux côté de musiciens qui ont fondé les bases de la funk : KOOL AND THE GANG, SAMMY GORDON AND THE HIP-HUGGERS, et LTTLE ROYAL.

Si dans les années 70, LEE FIELDS est surnommé Little JB pour sa ressemblance avec JAMES BROWN, il a tiré le meilleur de toutes ces expériences pour créer aujourd’hui un son qui lui est propre. Avec une discographie allant du funk au blues lo-fi, en passant par la soul du Sud ou encore des collaborations avec le producteur MARTIN SOLVEIG, LEE FIELDS a tout fait. Mais sur Faithful Man, il revient aux racines, avec un son vintage et old school. Plus d'informations ici.

 

15/12 - Un clip tout neuf pour Lana Del Rey.

Découvrez la magnifique prestation de Lana Del Rey au Château Marmont de Los Angeles… Le clip par ici.

 

13/12 - Des inédits pour DJ Kicks !

La célèbre maison !K7 livrera pour février un album compilation des plus attendus. En effet, jugez du peu, il rassemblera 17 ans d'histoire, de mix et donc d'inédits précieusement chinés ! 

 

13/12 - Mina May à la Maroquinerie.

Vous les avez peut-être raté lors de leur récent passage à l'International ou lors de l'édition d'hiver du Midi Festival en première partie de Baxter Dury, peut-être n'avez-vous pas encore écouté leur nouvel album "Everything was beautiful and nothing hurt", bref cette fois-ci plus d'excuse: Mina May revient en 2012 avec un concert le samedi 14 janvier en première partie de The Pains of Being Pure at Heart. Si vous souhaitez les découvrir sur scène c'est le moment. En attendant, Mina May s'est prêté à l'exercice de la session filmée en studio chez Mikroksom; on vous la recommande vivement, c'est ici.

 

07/12 - Alex Winston et les Black Keys.

Le 27 février prochain sortira le premier album de Alex Winston, suite du très remarqué ep “Sister Wife” paru début 2011. Sur son disque éponyme, joyeuse collection de chansons pop, la multi-­-instrumentiste originaire de Detroits’inspire de tous les imposteurs du quotidien, arnaqueur à la petite semaine, prêtres sectaires oufaux prophètes Sur le titre Benny, elle fait référence à fait de Benny Hinn,gourou évangéliste et soi-­-disant guérisseur.
Sur Run Rumspinga, elle évoque le Rumspinga, rite de passage de la communauté anabaptiste amish, et sur Velvet Elvis, elle rend hommage aux sosies du King… La plupart des morceaux sont d’ailleurs inspirés des livres et films traitant des contre-­-cultures et marginaux en Amérique, donnant au disqueun air de bande-­-originale de documentaire d’Errol Morris ou Louis Theroux. Alex Winston franchit par ailleurs une véritable étape en terme de production. 

 

07/12 - 49 swimming pools : nouveau clip et tournée.

49 Swimming Pools présente le nouveau clip « Automatic Love » issu de leur second album plébiscité par la presse « The Violent Life and Death of Time Lester Zimbo” et annonce ses premières dates pour 2012 : 6 janvier 2012: Bus Palladium - Paris. 19 janvier 2012 : Le Nadir – Bourges. 29 février 2012 : La Coopérative de mai - Clermont. 1er mars 2012 : Café de la Danse – Paris Le clip par ici.

 

05/12 - Les canadiens des Breastfeeders se présentent.

Formé en 1999 à Montréal, les Breasfeeders forgent rapidement leur réputation grâce à des concerts remarqués, où ils s'imposent rapidement comme l'un des groupes les plus excitants de la scène rock indépendante de Montréal. Révélés aux Francouvertes de 2003 et vainqueurs la même année du prix SOCAN (Société canadienne des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique) dans la catégorie chanson francophone, le groupe signé chez Blow The Fuse publie son premier disque "Déjeuner sur l'herbe" en 2004 et ouvre pour les New York Dolls.

Trois ans plus tard, les Breastfeeders reviennent avec un deuxième album ("Les matins des grands soirs", 2007) très bien accueilli par la critique Internationale, de Spin au NME en passant par Pitchfork et les Inrockuptibles, le groupe entame dès lors une tournée internationale qui confirme le talent du groupe en live, son atout majeur depuis ses débuts. Heureux mélange de Rock'n’Roll, de garage américain et de pop à la française - quelque part entre les Stinky Toys, Lio et La Femme - les Breastfeeders dissimulent sous leur rock tonitruant des paroles empreintes d’une dimension littéraire frappante, sans oublier de brouiller les cartes en s'éloignant des stéréotypes.

C’est dans un tourbillon obsessionnel que Les Breastfeeders ont composé la majeure partie de leur troisième album intitulé "Dans la gueule des jours", sur le label Blow The Fuse. Cet album, composé de treize pièces plus que jamais dansantes, sortira en France au premier trimestre 2012. Pour se dégourdir les jambes en attendant cette sortie, les Breastfeeders sillonneront une partie de la France au mois de décembre, votre présence est exigée au premier rang ! Plus d'informations ici.

 

05/12 - Un homme et une batterie : c'est Publicist.

Ceci n'est pas un groupe mais un homme et sa batterie, ils s'appelle Publicist, et nous propose un voyage déconcertant dans un style "Retro futuriste Synth Groove et Funk"… Plus d'informations ici.

 

05/12 - Des jumeaux complétement déjantés !

TWIN TWIN, ce sont les jumeaux boombastic Lorent Idir et François Djemel et leur beat boxer allumé Patrick Biyik. En 2012, la planète bleue sera Twin Twin ! Avec ses nuages, ses océans, ses routes, ses buildings, ses voitures à la ouioui… Les enfants adorent Twin Twin parce qu’ils les font trop rigoler, les ados et les adultes les
aiment parce qu’on ne peut que les aimer, ils smashent, ils émeuvent, ils décrochent la lune, ils sont le big rafraîchissement. Leur slam d’origine croisé avec le rock et l’électro des 80's, un zeste de hip hop de 2011, de plus en plus de pop, ça fait la Twin Twin music et elle emballe les salles de concert. Sur scène ils réussissent à créer quelque chose de vraiment nouveau. Dans un coin du terrain vague s’est posée une soucoupe volante clignotante. 3 extraterrestres en sont descendus : un mec avec des lunettes à la Jacques Chirac et une méga crête sur la tête, ça c’est Lorent Idir, chanteur et guitariste, un ado attardé avec une casquette et des cheveux longs qui sort de « Wayne’s World », François Djemel, le bassiste, et un black sexy, avec des collants multicolores, Patrick Biyik, le beatboxer. Ca se remarque, forcément. Plus d'informations ici

 

[ 1 ]

 

Archives des Brèves

2014

Jan

Fev

Mar

Avr

Mai

Mai

Oct

Nov

Dec

2013

Jan

Fev

Mar

Avr

Mai

Oct

Nov

Dec

2012

Jan

Fev

Mar

Avr

Mai

Oct

Nov

Dec