Recherche

 
 
Tiefschwarz - Chocolate
 
Efterklang - With The Danish National Orchestra Performing Parades
 
The Antlers - Hospice
 
V&A - Watergate 06 by dOP
 
Fortune - Staring At the Ice Melt
 

Depeche Mode - One night in Paris

 
 

 

Turn on the bright lights
 

Fiche technique

Groupe : Interpol

Producteur : Peter Katis et Gareth Jones

Distribution : Matador

Année : 2002

Genre : Rock américain

Autres albums : Antics | Our Love To Admire |  

 

Chronique i-muzzik.net ( Harry )

 

Depuis plus d’un an, on attendait impatiemment la sortie du premier opus des Américains d’Interpol. On l’attendait confiant par la présence des singles qui nous avaient séduits mais aussi avec un brin d’inquiétude sur la longueur. Etaient ils capables de tenir la durée d’un album? Si "Turn on the bright lights" n’apporte pas vraiment de réponse, il n’en demeure pas moins totalement accrocheur. Ce disque donne l’impression d’un groupe qui commence par payer sa dette à l’histoire du rock (de la new-wave en particulier) avant d’exploser sur les disques qui suivront. Du moins on l’espère. Entre guitares agressives ("Roland") , rock emphatique ("Leif Erikson") et mystique ("Stella was a driver and she was always down") et pop très anglophile, Interpol balaie un large spectre et ne propose ici que des indications sans réelles conclusions. Pris au premier degré, ce disque est une rencontre au sommet entre le Joy division de Ian Curtis, le Echo & the bunnymen de Ian Mc Culloch période "Crocodiles" et des groupes moins reconnus tel que les Chameleons ou encore The banshees. Avec des titres comme "Obstacles 1" ou "PDA", Interpol visite les cimetières Anglais. Même les Smiths sans Morrissey semblent y passer sur l'intro du foudroyant "Say hello to the angels". Avec un panel aussi large, Interpol s’ouvre beaucoup de possibilités, mais prend aussi le risque de se noyer dans la caricature et le manque de personnalité. En conclusion, "Turn on the bright lights" est un disque dans lequel on peut plonger sans retenue pour se délecter des morceaux enthousiasmants tout en gardant à l’esprit que nous avons peut-être à faire aux nouveaux Dandy Warhols en plus sombres et décapants, c’est-à-dire à une petite arnaque bien montée. Tous les espoirs et les hantises sont encore permis.

 
Extrait de l'album
 

 

Envoyer vos chroniques

Vous connaissez cet album ou vous venez de le découvrir ? Faites nous part de votre chronique ... Les chroniques les plus pertinentes seront publiées sur i-muzzik. Merci de votre participation.Envoyer votre chronique à Harry à l'adresse suivante : harry@i-muzzik.net en n'oubliant pas de préciser votre pseudo et le nom de l'album que vous avez chroniqué. Merci.

 

Attention : Toutes les chroniques i-muzzik.net présentes sur ce site sont la propriété exclusive de i-muzzik.net ainsi que de leurs auteurs respectifs. Toute utilisation en dehors de ce site doit faire l'objet d'un accord préalable.